LEIMBACH, notre voisine

Dimanche 28 avril 2019, Envie de découvrir le charmant village de Leimbach, ses vignes, ses paysages ? Alors pourquoi ne pas participer à la marche du coucou ? La Marche du Coucou est organisée chaque année à Leimbach depuis plus de 10 ans.

Pour sa 11ème édition, la marche propose de nouveaux parcours de

5 et 10 km sur les hauteurs du village de Leimbach. La marche est proposée par l'Association Culture, Loisirs et Sports de Leimbach.

Départs de 8h30 à 15h à la salle polyvalente du village.

Buvette sur le grand parcours.

Prix : 2€ comprenant assurance et tirage tombola.

Exposition sur l’itinéraire organisée par l’école de Leimbach-Rammersmatt. Jeu questionnaire pour les enfants.

L’ACLS exploite la dernière licence IV du village.

Le Bar des Coucous sera ouvert à la salle polyvalente samedi de 11h à 18h et dimanche de 8h30 à 18h.

Repas possible sur réservation à la salle polyvalente (menu à 15€ avec émincé de volaille forestière, spaetzle, dessert et café). Réservations au 06 86 83 60 78.          christelle.claerr@orange.fr 

photos marche du coucou 2017.

 

De Leimbach à Holywood (DNA 26 février 2019)

https://www.dna.fr/edition-de-mulhouse-et-thann/2019/02/26/de-leimbach-a-hollywood

 

Le combat de parents d'enfants autistes. Qui aurait pu imaginer un seul instant que le film Et toi, t’aurais fait quoi… ? écrit en 2015 par la Leimbachoise Manuela Bruckert pour dénoncer le combat des parents d’enfants autistes, est en passe d’être programmé dans le monde entier et notamment à Hollywood ? Première affiche française du film Et toi t’aurais fait quoi ?. Noam et sa maman figurent sur l’affiche américaine pour les festivals internationaux. Auteure du film, Manuela Bruckert vit une histoire incroyable.

Retour en 2015. Pour faire connaître l’autisme et le cas de son fils Noam, Manuela Bruckert décide d’écrire une histoire racontant 15 ans de galères et de luttes face aux regards méprisants ou fuyants, aux administrations rétives parfois la bêtise et la méchanceté humaine. Déterminée, Manuela lance un appel aux bénévoles via Facebook. Une cagnotte participative permettra de récolter huit mille euros pour les frais techniques. Le réalisateur Sébastien Sonnet et quelque 200 acteurs et bénévoles acceptent de relever cet incroyable défi. Parmi eux, les comédiens Guy Amran ( La vérité si je mens 1 et 3 , Banlieue 13 ) ou encore l’acteur Samuel Torres alias Brian Torres, ex-chanteur-danseur du Boysband Alliage. Après le casting réalisé à la mairie de Leimbach, le 1er jour de tournage commence le 13 juillet 2015 (les DNA éditions des 13 mai et 17 juillet 2015). Croire en sa bonne étoile

Faisant confiance à sa bonne étoile, Manuela envoie le film à un ami qui le retransmet à Benoit Clair, producteur et réalisateur installé depuis plus de 30 ans à Hollywood. Concerné par la question de l’autisme, il demande à voir l’ensemble des éléments, images et scénario, puis il contacte l’auteure et lui propose de travailler avec elle dans une version internationale sous-titrée en anglais. « Ce film m’a ému dès les premières secondes. J’ai immédiatement pensé que l’on tenait là un excellent vecteur de communication pour parler de l’autisme au plus grand nombre : plus de 3,5 millions de personnes vivent avec une forme ou une autre de cette maladie rien qu’ici aux États-Unis et quelque 350 000 en France. Le combat de Manuela Bruckert est le combat de toutes les familles qui y sont confrontées au quotidien, partout dans le monde. J’ai donc décidé de l’aider avec des moyens financiers supplémentaires pour la production, puis pour la distribution afin de donner un maximum de rayonnement à son histoire faite de courage, d’abnégation et de détermination : ne jamais lâcher prise, bien traduit aux USA par : Never give up !  » raconte Benoît Clair, par téléphone depuis Los Angeles. Proposé aux votes des Academy Awards

Un long travail d’échanges s’engage alors entre Manuella, le producteur américain et le réalisateur Sébastien Sonnet, afin de mettre le film aux normes internationales : recolorisation des séquences trop ternes, amélioration de la bande-son, discussions sur le montage des scènes non indispensables, reprises des dialogues. Six mois plus tard, il ressort de cette étroite collaboration entre l’équipe alsacienne et le studio hollywoodien, que le film est enfin prêt à être diffusé. Après la première version du film projetée à Cernay, Guebwiller, Altkirch, Strasbourg, Marseille et Bois-d’Arcy, les premiers à voir le nouveau documentaire seront les membres de l’Académie du cinéma qui distribuent chaque année les prestigieux Oscars. « Leur avis est unanime, le film désormais baptisé What Would You Have Done ? doit concourir dans les plus grands festivals autour du monde, avant d’être proposé aux votes des Academy Awards en février 2020, puis diffusé dans les salles de cinéma et sur les chaînes de télévision » précise Benoît Clair. Très émue, Manuela raconte : « Lorsque la production m’a envoyé le film terminé, j’ai fondu en larmes. C’est un film différent de la version française mais toujours aussi touchant, vu par d’autres yeux. L’équipe américaine a su restituer des silences lourds de sens, des angles plus forts, une fin plus soutenue. Jamais, je n’aurais imaginé que l’on aille aussi loin avec ce film et avec de telles perspectives pour l’avenir. Cette histoire est incroyable ! ». Générique chanté par la finaliste de The Voice Kids, Benoit Clair eut une idée lorsque s’est posée la question de l’illustration musicale de la fin du film. Il déclare : « Avec la qualité de la composition originale de François Poulet, musicien autodidacte alsacien qui avait choisi un simple duo piano-violon, j’ai pensé pourquoi pas faire jouer la fin par un orchestre philharmonique, afin de montrer aux spectateurs la résonance de l’espoir face à l’adversité ». François a accepté de remplacer sa composition par la chanson du film de Roberto Begnini La vie est belle et de la faire interpréter par Leelou Garms, jeune finaliste de l’émission de TF1 « The Voice Kids 2018 ». L’orchestre sollicité étant inabordable financièrement, le producteur sollicite Kerem Esenem, jeune chef d’orchestre turc qui, avec plus de 75 de ses musiciens, relève le défi. Touché par le sujet du film, l’orchestre tout entier décide d’offrir gratuitement sa prestation à la production et la livre le jour de Noël. La magie continue d’opérer une fois de plus pour Noam et sa maman ! Inscrit au festival de Cannes

Le film va maintenant être traduit en allemand, en arabe et même en chinois. Il est inscrit dans une quarantaine de festivals parmi lesquels : Beyrouth, Oslo, Copenhague, Los Angeles, New-York, Melbourne ou encore Shangaï ; mais c’est au prochain festival de Cannes qu’il devrait être officiellement présenté, en première mondiale durant la semaine de la critique. Des projections seront organisées en juin, à Strasbourg et Mulhouse par le studio américain qui tient à remercier aussi tous les bénévoles sans qui ce film n’aurait probablement jamais vu le jour, ni voyagé aussi loin. « Il n’y a pas de hasard, » conclut Manuela Bruckert, avec des étoiles plein les yeux, « juste de très belles rencontres ! » Festivals à venir. - Cannes : semaine de la Critique 14 au 23 mai – Melbourne 1er au 8 août – Séoul 29 août au 5 septembre – Los Angeles Femme international Festival : 17 au 20 novembre – Oslo Independent Film Festival : 30 novembre.